18 décembre 2011 – Interpellation au Conseil Communal – L’école numérique bug-t-elle à Liège ?

with Aucun commentaire

Monsieur l’Echevin,

Le gouvernement de la communauté française annonçait il y a quelques temps un plan de bataille pour l’école numérique de demain. Ecole numérique est déjà celle d’aujourd’hui ! Les écoles en ont grand besoin. L’ordinateur y est encore une curiosité, pour des élèves hyper-branchés.

Les écoles liégeoises sont-elles en phase avec leurs temps ? Un quotidien révélait voici quelques mois sur base d’un rapport d’experts de la Région wallonne, que le taux d’équipement de nos établissements scolaires dans les TIC (Nouvelles technologie de l’information et de la communication) est très en deça de celui des ménages, et surtout de la moyenne européenne. C’est sur base de ce rapport que le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a dévoilé son plan de bataille pour « l’école numérique de demain ». Ce n’est d’ailleurs pas le seul effet d’annonce !

Le Constat est le suivant : 8,5 ordinateurs pour 100 élèves en Région wallonne, contre… 34 en Flandre au secondaire et 16 au primaire ; l’absence quasi générale de vidéo projecteurs et de tableaux interactifs alors qu’ils sont monnaie courante dans les pays voisins ; la vétusté des rares équipements existants ; le taux dérisoire de connexions à l’internet; le rapport évoque aussi le déficit de formation des enseignants dans ce domaine, pour ne pas parler de celui des inspecteurs…

Si les portables, iPod, iPad et autres équipements high-tech sont courants dans le quotidien des élèves, toutes ces technologies ne le sont pas dans celui des écoles. Pourtant, des initiatives intéressantes existent, souvent lancées par des professeurs, des directeurs d’écoles dynamiques, ou encore d’associations (ex : ASBL Formathé à Angleur).

Nous savons que les nouvelles technologie offrent aux enseignants une panoplie d’outils susceptibles de dynamiser leurs cours, d’en enrichir le contenu et de l’enseigner aux élèves d’une façon plus adaptée à leurs propres modes de communication. « Grâce à ces outils, les élèves se montrent nettement plus intéressés par les cours ».

Nous savons aussi que la présence de ces nouvelles technologies à l’école permettrait à tous les liégeois, quel que soit le niveau social familial, de maîtriser un outil indispensable à leur entrée dans la vie professionnelle.

Monsieur l’Echevin, voici nos questions :

  • Les nouvelles technologies sont-elles présentes dans les écoles primaires liégeoises ? Proposez-vous des sensibilisations sur les dangers de l’utilisation d’internet dans l’enseignement primaire ? En effet, les enfants, sans encadrement, n’ont pas toujours conscience de la portée de certains actes qu’ils posent comme par exemple sur les réseaux sociaux. C’est une raison supplémentaire pour que l’école joue son rôle pédagogique dans ce domaine.
  • Quel est le budget consentit à l’investissement des nouvelles technologies (tablettes numériques, tableaux numériques, ordinateurs dans les écoles primaires depuis le début de la législature ?)
  • Quelles sont les formations/remises à niveau proposées aux enseignants ?
  • L’I.Pod est-il proposé dans les cours de langues ?

 

 

Nous vous remercions pour vos réponses.

Fabrice Dreze et Fernand Deschampheleire Conseillers Communaux à Liège.

 

Répondre