Décembre 2011 – Création du label Tourisme & Handicap – Ville de Liège.

with Pas de commentaire

Considérant que la Ville de Liège doit avoir pour principe la promotion du Tourisme sous toutes ses formes.

Considérant que les personnes porteuses de Handicap ont droit à l’accessibilité aux loisirs.

Considérant dès lors qu’il est opportun d’inciter l’adaptabilité des sites privés ou publiques.

Considérant que l’aménagement d’adaptabilité des nouvelles infrastructures touristiques génère un surcoût marginal (2%) dans le cahier des charges.

Considérant que la Ville de Liège doit être un moteur en matière de développement économique.

Considérant que la création d’un label « Tourisme et Handicap » trouve une rentabilité économique par la venue d’une nouvelle clientèle touristique.

Considérant que ce même label, a permis, dans de grandes villes européennes, un effet d’engouement et surtout d’entrainement.

Considérant que l’un des objectifs du label est de fournir à la clientèle une information fiable et homogène, descriptive et objective sur l’accessibilité des équipements sur les lieux d’accueil et de loisirs valoriser les réalisations des professionnels du tourisme en matière d’accueil, d’accessibilité et d’information en direction de la clientèle handicapée,

Considérant que ce label permet de développer une offre touristique adaptée et intégrée à l’offre généraliste, qu’elle permet aussi de favoriser l’émergence de produits et de services touristiques réellement ouverts à tous.

Considérant que ce label prendrait en compte quatre formes de handicap (auditif, visuel, mental et moteur).

 

Attendu :

Que pourraient être mis à disposition d’une population locale ayant un handicap de nouvelles structures accessibles.

Que ce label servira à un confort d’usage à d’autres populations ayant un handicap conjoncturel : une rampe facile d’accès facilite le déplacement aussi de personnes âgées, de poussettes d’enfants.

Que l’action trouve une rentabilité économique par la venue d’une nouvelle clientèle touristique.

 

Que ce label pourrait être un atout supplémentaire pour la candidature Liège 2017 face à l’accueil de personnes fragilisées.

Le Conseil Communal décide :

  • De créer le label « Tourisme et Handicap ».
  • De favoriser de façon prioritaire la mise en place de projets destinés à l’intégration des personnes porteuses de handicaps.
  • D’organiser des sensibilisations sur cette thématique à tous les prestataires du secteur du tourisme.
  • Que ce label est propre à la Ville de Liège et donc que sa gestion sera confiée à la CCPH (Commission Consultative des personnes handicapées mais que sa mise en place s’inscrira dans le cadre d’une démarche concertée avec les différents acteurs (autres Département de la Ville…).
  • D’attribuer ce label pour 3 ans aux professionnels du tourisme répondant aux exigences d’un cahier des charges et adhérant à une charte. (Seraient potentiellement concernés : les hébergements et restaurants, les sites touristiques de loisirs ainsi que les événements récurant organisés sur les territoires de la Ville de Liège).

 

 

Cette proposition a recueilli ….. Votes

 

Annexe :

Présentation des quatre principales déficiences

Le Handicap Moteur  

Les troubles de la motricité peuvent signifier une atteinte partielle ou totale de la mobilité et parfois des troubles de la communication, des difficultés à contrôler ses gestes et à s’exprimer; mais sans altérer pour autant les capacités intellectuelles.
Les personnes en situation de handicap moteur peuvent être en fauteuil roulant (manuel ou électrique), se déplacer avec un déambulateur, une canne, des béquilles ou être mal marchantes. Celles qui voyagent seules, sont indépendantes dans la vie quotidienne si elles bénéficient d’un environnement adapté. En revanche, celles qui ont besoin d’aide dans les gestes de la vie quotidienne sont généralement accompagnées.

Le Handicap Mental  

Le handicap mental est un handicap de la compréhension, de la communication et de la décision. Les personnes ayant un handicap mental éprouvent des difficultés à se situer dans l’espace et dans le temps. Cela nécessite une compensation adaptée qui est essentiellement une aide humaine à laquelle peut s’ajouter une aide technique. Il importe de souligner que la personne illettrée ou analphabète ou ne maîtrisant pas la langue du pays, les enfants, certaines personnes âgées, auront le même mode de fonctionnement que la personne ayant des difficultés de compréhension et de communication; c’est à dire qu’elles seront à la recherche d’informations visuelles et sonores simplifiées.

Le Handicap Auditif    

La principale difficulté est de percevoir, d’entendre et de déchiffrer les messages sonores dont la parole. La perte de la stéréophonie ne permet plus de localiser l’origine du bruit. Il faut distinguer la personne sourde de la personne malentendante. La personne sourde est une personne née sourde, ou qui a perdu l’ouïe. Elle n’entend pas la parole et ne peut être aidée que par des techniques visuelles (langage des signes par exemple). La personne malentendante dispose d’un reste auditif exploitable. Elle peut bénéficier d’aides sonores (appareils auditifs, boucle magnétique…) et utiliser la technique de lecture labiale.

Le Handicap Visuel  

Parmi les personnes déficientes visuelles il faut distinguer les personnes non-voyantes des personnes malvoyantes. Les personnes non-voyantes ont une cécité totale et appréhendent le monde principalement par leurs autres sens (toucher, ouïe, odorat, goût). Elles se déplacent le plus souvent avec une canne blanche qui leur permet de détecter les obstacles ou avec un chien guide. Les personnes malvoyantes perçoivent différemment les éléments de l’environnement en fonction de leur type de vision (floue, champ visuel réduit,…). L’éclairage, l’encombrement des lieux, le contraste des obstacles et des reliefs influents sur leur capacité à percevoir l’espace. Il faut leur donner des repères de voyants qui peuvent être complétés par des indices faisant appel aux autres sens. Certaines personnes malvoyantes se déplacent avec une canne (régulièrement ou ponctuellement), ou un chien guide, pour détecter les obstacles non perçus visuellement.

Répondre