5 septembre 2016 – Interpellation – Etat de la toxicomanie à Liège

with Pas de commentaire

Monsieur le Bourgmestre,

 

Au mois d’août dernier, un quotidien liégeois titrait : « De plus en plus de drogués liégeois » !

Cette problématique n’est pas neuve. D’ailleurs, la population interpelle régulièrement les élus communaux pour évoquer le fléau de la drogue à Liège. Ce problème est préoccupant et le groupe MR remet ce sujet sur la table régulièrement, sans pour autant observer d’avancée concrète en la matière.

Le quotidien, dans son article, développe les bases de la réflexion :

« Le paysage de la consommation de stupéfiants à Liège a-t-il changé ? Les drogues de synthèse ont-elles détrôné le trio cannabis/héroïne/cocaïne ? Pas du tout, mais la consommation explose et les consommateurs, eux, sont de plus en plus jeunes… ».

Le centre-ville de Liège accueille depuis trop longtemps de trop nombreux toxicomanes, qui se droguent au vu de tous et notamment de jeunes enfants et adolescents assistent bien malgré eux à cela. Des dealers se donnent également en spectacle sur la place publique. Il faut agir !

 

A la Région wallonne, nous avons, à plusieurs reprises, interpellé le Ministre compétent en ce qui concerne différents projets, à l’instar de TADAM, des études et réunions devraient être en cours et finalisées.

 

Monsieur le Bourgmestre, voici nos questions :

 

  • Pourriez-vous nous citer les chiffres du 1er semestre 2016 en matière de délits liés à la toxicomanie ? Pourriez-vous évoquez les statistiques par rapport à l’année précédente ? Avez-vous eu ce retour de la part de vos services sur une augmentation de la toxicomanie à Liège ?
  • Pourriez-vous faire le point sur ce dossier (salles de consommation ou autre solution ) ?
  • N’envisagerions-nous pas de mener, avec l’ensemble des niveaux de pouvoirs, des forces vives, une grande réflexion sur la problématique liégeoise ?
  • D’autres initiatives, à l’instar de TADAM, sont-elles prévues ? Des expériences pilotes sont-elles envisagées ? De quelle durée ? Des contacts ont-ils été pris à la Région à ce sujet ? Qu’ont donné les discussions ?

 

Nous vous remercions pour vos réponses.

 

 

Christine Defraigne, Fabrice Dreze

Conseillers communaux.

Répondre