Interpellation – 26 juin 2017 – Une cellule anti-terroriste à Liège

with Pas de commentaire

 

Monsieur le Bourgmestre,

 

 

Depuis 2015, le Ministère de l’Intérieur demande aux différentes communes belges de mettre en place une Cellule de Sécurité Intégrale Locale, soit une cellule anti-terroriste qui serait une « plateforme d’échange d’informations, sensibles et/ou confidentielles, sur la détection et le suivi des citoyens concernés, de près ou de loin, par la problématique du radicalisme islamiste ».

 

Les recommandations de la Commission d’Enquête « Attentats », pointent du doigt, notamment, l’insuffisance de coopération et d’échange d’informations au sein des institutions judicaires et policières. Or, cette cellule particulière répond précisément aux conclusions de la Commission d’Enquête.

 

Un grand quotidien liégeois a dénoncé, il y a quelques jours, l’absence de cette cellule au sein de la Ville de Liège, propos démenti par le Collège.

En juin 2016, la Zone de Police de Liège a insisté sur son implication dans la prévention d’actes terroristes, ce qui passe, notamment par « la création d’une cellule spécialisée au sein des Renseignements généraux et ordre public. »

 

Il y a effectivement plusieurs personnes engagées dans le processus de détection du radicalisme, mais peut-on réellement qualifier cela de « Cellule de Sécurité Intégrale Locale » ? Selon le Chef de corps, Christian Beaupère, cette « cellule » n’a pas la même forme que dans les autres villes.

 

Selon les recommandations de la Commission d’Enquête « Attentats », la Cellule de Sécurité Intégrale Locale » doit être « un organe de concertation qui réunit toutes les parties prenantes pouvant jouer un rôle dans le suivi au cas par cas de personnes et/ou groupes. » Elle doit être composée du bourgmestre, du chef de corps, des services socio-préventifs de la commune, ainsi que d’autres acteurs qui doivent être sélectionnés.

 

D’ailleurs, les services du SPF Intérieur ont réalisé une marche à suivre à destination des communes  pour la création d’une CSIL, sur base des meilleures pratiques.

 

Les recommandations rappellent qu’il est important d’élaborer partout une même stratégie pour faciliter les échanges, mais également le transfert des détenus (du Nord au Sud ou inversément, par exemple).

 

Dès lors,

 

  • Cette cellule correspond-elle précisément aux recommandations de la Commission d’Enquête ? La Ville a-t-elle suivi la marche à suivre élaborée par le SPF Intérieur à destination des communes? Nous avons ressenti une valse-hésitation dans vos propos. Qu’en est-il exactement ?
  • Quelle est la fréquence des réunions ? Est-elle plus élevée en fonction de l’actualité ?
  • Avez-vous procédé à une évaluation de la cellule liégeoise ? Si oui, y a-t-il eu des résultats tangibles ? Quels sont-ils ?
  • Envisagez-vous de prendre davantage de mesures eu égard aux conclusions du rapport de la Commission ?

 

Nous vous remercions

 

Christine Defraigne, Raphael Miklatzki et Fabrice Drèze

Répondre